Gouvernement du Canada / Government of Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Glossaire

Choisir une lettre pour naviguer afin d'obtenir une liste des termes et définitions en ordre alphabétique.

Aumônier

Prêtre ou ministre du culte affecté à une unité, habituellement un régiment ou un navire, pour répondre aux besoins d’ordre religieux des militaires. Sous le Régime français, les prêtres de l’Ordre des récollets (une branche aujourd’hui disparue de l’Ordre des franciscains) furent nommés en 1692 par le roi Louis XIV comme aumôniers des troupes coloniales présentes au Canada. Après 1760, on affecta des aumôniers à des unités formées au Canada, généralement de la même façon que dans les services armés britanniques. Dans la milice, ce sont des prêtres ou des ministres du culte de la même région que celle de l’unité qui étaient nommés aumôniers. Un service d’aumônerie fournit des aumôniers à temps plein de 1914 à 1919. Un élément de milice permanent du Service de l’aumônerie fut constitué en 1921, et de nombreux aumôniers servirent lors de la Deuxième Guerre mondiale. Dans la Force régulière, le Royal Canadian Chaplain Corps et ses successeurs datent de mars 1948. Des aumôniers continuent d’accompagner les troupes canadiennes de maintien de la paix de l’ONU aux quatre coins du globe.

Alliances militaires

L’alliance de plusieurs pays pour assurer leur sécurité commune a été le fondement des alliances militaires. Le Canada a été lié par les alliances de la France, puis de la Grande-Bretagne, jusqu’à l’adoption du Statut de Westminster, en 1931, le pays devenant alors totalement responsable de ses affaires étrangères. Le Canada a maintenu ses alliances militaires avec la Grande-Bretagne et les États-Unis et il fait actuellement partie de l’OTAN et du NORAD.

Voir aussi : OTAN, NORAD.

Aviation royale canadienne (ARC)

L’aviation canadienne, qui porte ce nom depuis 1924.

Aviation royale canadienne (Division féminine)

Levée sous le nom de Corps auxiliaire féminin de l’Aviation canadienne le 2 juillet 1941, cette division a la distinction d’être la première unité militaire féminine à avoir été autorisée en Amérique du Nord. Elle fut rebaptisée Aviation royale du Canada (Division féminine) le 3 février 1942.

Artillerie royale canadienne (ARC)

Voir : Régime royal de l’Artillerie canadienne.